MS Actuariat


Les actuaires sont des professionnels de l’évaluation, de la modélisation et de la gestion des risques dans leurs dimensions économique, assurantielle, financière et sociale.  La profession est organisée au niveau national, par l’Institut des Actuaires (IA), et international, par l’Association Actuarielle Européenne (AAE) et l’Association Actuarielle Internationale (IAA).

La formation en Actuariat de l’ENSAE Paris est reconnue par l’Institut des Actuaires. Elle permet à ses étudiant·es de présenter leur candidature devant l’Institut des Actuaires pour y devenir membre associé, après soutenance de leur mémoire d’actuariat devant le jury de l’IA. Après trois années d’expérience professionnelle, ils peuvent solliciter leur qualification, puis leur certification, et devenir ainsi membre de la communauté internationale des actuaires en tant qu’Actuaire « Fully Qualified ».

La formation de l’ENSAE Paris apporte les connaissances et compétences avancées nécessaires à l’actuaire (régies par le core syllabus) et permet à ses étudiant·es d’acquérir un solide socle méthodologique en mathématique, statistique, économie et finance. Elle apporte également une formation de pointe dans différents domaines de spécialisation, en adéquation avec les évolutions du secteur de l’assurance.

Enfin, l’actuariat est régulièrement classé par les magazines économiques ou sites d’emploi (Forbes, Career Cast, etc.) dans le top 10 des meilleurs métiers et offre des perspectives d’évolution à fort potentiel ainsi qu’une rémunération attractive. La profession actuarielle étant organisée à l’échelle mondiale, elle offre également de nombreuses possibilités d’expatriation.

Des compétences valorisées dans une palette d’activités

Historiquement, les études actuarielles sont apparues dès que s’est posé le problème d’organisation et de financement d’un système d’assurance sur la vie. Puis l’activité de l’actuaire s’est étendue à l’ensemble des systèmes d’assurance (régimes de retraite et de prévoyance, assurances de personnes, assurances incendie, accidents, risques divers). Le cœur de métier de l’actuaire était la tarification des contrats d’assurance et le provisionnement des engagements liés à ces contrats. Mais derrière le métier d’actuaire se cachent des carrières très variées, et des secteurs d’activité diversifiés, dont voici quelques exemples.

En assurance dommage, près de 70% du passif des compagnies est constitué par les provisions pour sinistres à payer. Leur impact sur le résultat des compagnies d’assurance rend leur évaluation hautement stratégique. C’est pourquoi les actuaires seniors des compagnies d’assurance sont amenés à occuper des postes d’encadrement et de haute responsabilité.

Les risques de catastrophes naturelles et les risques industriels des grands groupes ont un impact de plus en plus important sur le passif des compagnies d’assurance non-vie. Le recours à des produits de réassurance est devenu une nécessité pour la solvabilité des compagnies. On comprend donc que les actuaires trouvent aussi naturellement leur place dans les compagnies d’assurance et de réassurance pour mettre en place des mécanismes de partage des risques.

L’inversion du cycle de production en assurance conduit les compagnies à collecter de grosses sommes d’argent et à les gérer de manière intelligente. Le montant des actifs gérés par les assureurs vie fin 2019 s’élevait à près de 1 800 milliards d’euros (source : FFSA). L’actuaire a donc une place privilégiée à occuper dans les métiers de gestion actif-passif et d’allocation d’actifs. Ces métiers nécessitent une très bonne maîtrise des outils de gestion de portefeuille et des mathématiques financières. Le développement des plans d’épargne retraite a fait émerger au cours des vingt dernières années en France des opportunités d’emploi et des débouchés pour les actuaires.
Néanmoins, le métier d’actuaire ne se cantonne pas aux compagnies d’assurance, réassurance et mutuelles. Les cabinets d’actuaires, les départements d’audit interne des compagnies d’assurance et l’autorité de régulation (ACP, Autorité de Contrôle Prudentiel) proposent également des métiers transversaux aux actuaires, comme par exemple dans le domaine du contrôle et de l’audit.

En résumé, Les actuaires exercent une grande variété de métiers dans de nombreux secteurs d’activités, publics et privés, tels que l’assurance, la réassurance, les mutuelles, la prévoyance, les retraites, le contrôle, la banque et gestion d’actifs, l’industrie, le conseil, l’audit, la recherche académique ou en entreprise, l’enseignement.

C’est un métier en constante évolution : data sciences, révolution digitale, réglementation, contexte international… l’actuariat doit s’adapter sans cesse à l’évolution de la société !

La Formation

Les cours listés ci-dessous correspondent à la maquette pédagogique pour l’année 2020-21, qui peut être sujette à modifications.

Vue d'ensemble

  • 410 heures d’enseignement
  • 15 mois de formation comprenant un stage de 6 mois
  • Une thèse professionnelle synthétisant les travaux

Cette formation permet de répondre à un double objectif :

  • d’une part acquérir le savoir théorique et méthodologique nécessaire pour occuper un emploi de cadre opérationnel dans les différents métiers liés à l’actuariat,
  • d’autre part valider un corpus de connaissance requis par l’Institut des Actuaires en vue d’obtenir le titre d’actuaire.

Grâce à l’excellence reconnue de la formation de l’ENSAE Paris en actuariat, les diplômé·es de ce MS peuvent en effet être admis.es comme membres associés de l’Institut des Actuaires ; à condition d’avoir validé leur formation (exigence de 12 de moyenne sur les matières obligatoires du core syllabus) et de soutenir leur thèse professionnelle tirée de leur expérience de 6 mois de stage, devant un jury de l’Institut des Actuaires. Le contenu du stage doit, pour cela, impérativement satisfaire aux conditions de contenu fixées par l’Institut.

La formation débute fin août avec un bloc d’harmonisation de 5 semaines à temps plein. Les cours sont ensuite regroupés sur 3 jours de la semaine d’octobre à mi-mai, suivis du stage de fin d’étude de mai à fin septembre. Il est possible de commencer le stage de manière anticipée, en alternant les jours en entreprise (lundis et jeudis) et les jours de cours ; sauf semaines de révision et d’examens.

Environ 25 % des cours sont assurés par les enseignants permanents, 20 % par des enseignants externes et 55 % par des professionnels (AXA, Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution, HSBC, Groupama, Milliman, etc.)

Cours complémentaires du premier semestre (12 à 60h, 3 à 10 ECTS)

Stage de fin d'études de MS (30 ECTS)

  • La scolarité du Mastère Spécialisé se conclut par un stage de fin d’études de 4 à 6 mois à partir de mi-mai (minimum 16 semaines pour le Mastère spécialisé, et 6 mois pour présenter un mémoire devant l’Institut des Actuaires). Ce stage peut être débuté de manière anticipée à temps partiel les lundis et jeudis, sous forme de CDD/CDI/ou stage à temps partiel, en accord avec le service des stages de l’ENSAE. Dans ce cas, il convient de rester vigilant sur la charge de travail ; il est déconseillé de commencer ce temps partiel avant février pour le MS-Actuariat, les exigences de validation du cursus pour  l’Institut des Actuaires requérant un travail personnel important tout au long de l’année.

A qui s’adresse le MS Actuariat ?

Cette formation s’adresse à un public qui possède préalablement un solide bagage mathématique.

Le recrutement standard correspond à des étudiant·es ou professionnels avec un Bac+5 (Master 2 ou équivalent) et venant acquérir un complément de formation leur permettant d’être compétitifs sur le marché de l’emploi. Il est conseillé d’avoir un niveau M1 ou M2 en mathématiques appliquées, statistiques ou finance mathématique, ou un diplôme d’ingénieur ou d’école de commerce avec contenu mathématique ou statistique conséquent.

Un bloc d’harmonisation en début de cursus (fin août à début octobre) vise à consolider le socle de connaissances nécessaires au bon suivi des cours mutualisés avec la troisième année du cycle ingénieur. Vous trouverez davantage d’informations sur le déroulement de la scolarité ici.

Frais de scolarité

Le coût de la formation est fixé à :

  • 14 000€ pour les professionnels, les entreprises ou les administrations ;
  • 9 500€ pour les étudiant·es en continuation d’études ou les demandeurs d’emploi.