Portrait. Thierry-Séphine GOMA-LEGERNARD, Actuaire Consultante chez Mazars


UN AUTRE REGARD SUR LA FORMATION

Pour vous aider à y voir plus clair dans l’offre des formations d’ingénieurs qui vous sont proposées après les concours, les élèves et anciens élèves de l’ENSAE Paris prennent la parole tous les mercredis et partagent leur expérience.

Thierry-Séphine GOMA-LEGERNARD (ENSAE 2019), est aujourd’hui actuaire consultante au sein du cabinet Mazars et actuaire associée de l’Institut des Actuaires. Elle a intégré l’ENSAE Paris après une classe préparatoire EMP* au Lycée Descartes.

Pourquoi avez-vous choisi d’intégrer l’ENSAE Paris ?
Intéressée par les métiers de l’actuariat dès les classes prépa, je souhaitais une formation conduisant à ces métiers et qui me permette d’obtenir le titre d’actuaire. Trois raisons m’ont conduite à choisir l’ENSAE.

La première tient à ce que L’ENSAE était une très bonne école d’ingénieurs, dont la sélectivité contribuait à son prestige. En effet, j’avoue que comme beaucoup d’étudiants en classe préparatoire, les dimensions de sélectivité et de renommée ont compté en partie dans mes choix d’intégration.

L’ENSAE est très renommée dans les métiers de l’actuariat, et cibler la meilleure école était important pour moi.

Au-delà de la satisfaction personnelle de réussir des concours sélectifs, la réputation de l’école permet de s’inscrire parmi les candidats cibles dont les profils sont les plus recherchés par les recruteurs dans une perspective d’emploi.

Le deuxième point majeur, qui a compté davantage, a été la liberté que m’apportait la formation d’ingénieure de l’ENSAE. La formation et le diplôme de l’ENSAE me permettaient de conserver de nombreuses portes ouvertes dans des domaines très variés et également intéressants, avec de très bonnes perspectives dans l’éventualité où je décidais de changer d’avis en cours de formation, ou de me tourner vers un autre domaine après quelques années.

Enfin, un troisième point a été la richesse de l’enseignement. Le fait de pouvoir conjuguer dès la première année des cours de mathématiques avancés mais aussi d’économie, correspondait bien à mon profil : curieuse, dotée d’une appétence pour les mathématiques mais également intéressée par les sciences sociales.

En troisième année vous avez choisi de vous spécialiser en actuariat, qu’est-ce qui vous a attiré dans ce parcours ?
Le métier d’actuaire se propose d’employer les mathématiques et de les appliquer à des problématiques très concrètes de gestions des risques.

J’étais intéressée par la perspective de modéliser mathématiquement la réalité et de développer des méthodes permettant de faire face à la survenance future d’événements incertains.

Que retenez-vous aujourd’hui de votre formation ?
La formation de l’ENSAE s’inscrit pleinement dans les secteurs d’activité les plus porteurs actuellement, ce qui est assez remarquable.

Une autre valeur ajoutée de l’ENSAE est la polyvalence qu’elle permet d’acquérir. Chaque élève-ingénieur est amené à choisir une voie de spécialisation en dernière année, qui conditionne une partie des matières suivies. Mis part ces matières requises, le reste peut être choisi absolument librement parmi un très large éventail d’enseignements disponibles.

Ainsi dans mon cas, le choix de la voie Actuariat m’a laissé la possibilité de suivre des enseignements de Machine Learning avancés, de sciences sociales quantitatives et de finance, et de composer une mineure qui complète de façon unique ma spécialisation en Actuariat.

Aujourd’hui, ma formation me permet de travailler aussi bien en tant qu’actuaire, que dans d’autres domaines tels que l’économie ou la data science.

Recommanderiez-vous l’ENSAE à celles et ceux qui vont passer les concours prochainement ?
Je recommanderai sans hésiter l’ENSAE à toutes les personnes qui passent leur concours prochainement et qui sont intéressées par les métiers de l’actuariat. Il en serait de même dans les autres domaines de spécialisation de l’école que sont le numérique et la data science, l’économie ou encore la finance, où les profils ENSAE sont reconnus.

Par ailleurs, l’ENSAE est aussi attractive car elle permet aux élèves qui le souhaitent, d’enrichir leur profil de façon substantielle à travers des doubles cursus avec d’autres grandes écoles d’ingénieurs et de commerce, et grâce à des expériences professionnelles au cours des années de césure et de stage long.

Selon vous et avec la vision que vous avez aujourd’hui du secteur de l’assurance, comment un ENSAE peut-il se démarquer ?
Le secteur de l’assurance connait une profonde transformation, par l’avènement de méthodes qui permettent aujourd’hui d’exploiter plus finement les nombreuses données dont disposent les assureurs. L’ENSAE propose une formation poussée en data science, qui ne s’adresse initialement pas qu’aux actuaires.

Ainsi, en ayant accès à cette formation, les actuaires de l’ENSAE sont à même de se démarquer par leur expertise plus approfondie du Machine Learning.

Plus généralement, l’ENSAE forme des ingénieurs économistes qui sont à la fois polyvalents et très compétents dans leur voie de spécialisation : la formation de l’école amène à s’ouvrir à d’autres disciplines, permettant ainsi aux ENSAE d’avoir des clefs d’analyse supplémentaires.


Retrouvez tous nos portraits #ConcoursENSAE dans l’espace témoignage du portail admissible.

Pour toute question sur les concours, n’hésitez pas à vous renseigner directement sur le site ou à prendre contact avec le service des admission@ensae.fr ou nos élèves admisseur@ensae.fr