Méthodes quantitatives pour la décision économique et financière


Mastère spécialisé en Méthodes quantitatives pour la décision économique et financière

Le MS « Économie appliquée » devient « Méthodes quantitatives pour la décision économique et financière (MQDEF) » à la rentrée 2018.  

Le MS MQDEF forme des économistes quantitatifs capables d’appliquer des méthodes économétriques avancées à une grande variété de problèmes micro- ou macroéconomiques. En choisissant de se spécialiser en macroéconomie appliquée, les élèves peuvent se former par exemple à l’analyse et la prévision de la conjoncture économique, ou à la conception et l’évaluation des politiques économiques (politiques monétaire, fiscale, de l’emploi, de l’environnement, du développement, etc.). Les élèves qui préfèrent se former aux champs d’application de la microéconomie peuvent devenir spécialistes de l’entreprise et des marchés. Dans leur vie professionnelle, ces diplômés s’appuieront sur leurs connaissances en économie industrielle et en finance d’entreprise, indispensables pour analyser de façon globale les stratégies des entreprises.

Deux orientations, une palette de débouchés

Les élèves qui se spécialisent en macroéconomie appliquée peuvent trouver des débouchés professionnels variés au sein de l’administration économique (DG Trésor, INSEE, Banque de France), des instituts de conjoncture (OFCE, Rexecode), des services d’études économiques et financières des banques (BNP-Paribas, Crédit Agricole, Société Générale, Goldman Sachs, Morgan Stanley, Deutsche Bank), et des organismes internationaux (FMI, Banque Mondiale, BCE, OCDE, ONU, Commission Européenne). Les métiers du secteur public et ceux du secteur privé ne sont pas cloisonnés. Au contraire, l’expérience acquise dans la fonction publique par un diplômé dans le cadre d’un contrat de droit privé est souvent fortement valorisée dans la banque, les instituts de conjoncture, voire les départements spécialisés des grandes entreprises. De plus, la polyvalence économie-finance ouvre des possibilités de carrière mêlant analyse économique, prévision et gestion d’actifs. Il est donc possible d’évoluer au sein des banques vers les métiers de la finance après avoir occupé un poste d’économiste. Les spécialistes de microéconomie trouveront des débouchés dans les métiers de la finance et de la gestion d’entreprise ou de la régulation. Les diplômés pourront espérer occuper des responsabilités de haut niveau dans les services économiques et les directions financières des grandes entreprises industrielles et des services (EDF, GDF, France Télécom, SNCF, Air France, Renault), les organismes financiers, les cabinets d’études et les cabinets juridiques, les administrations nationales et les autorités de régulation des marchés.

La formation

420 heures d’enseignement (45 ECTS) / Un stage de 4 à 6 mois (30 ECTS)

Les cours du bloc d’harmonisation constituent un rafraîchissement des connaissances fondamentales. Après le bloc d’harmonisation, les étudiants choisissent entre une majeure de microéconomie (Entreprises et marchés) et une majeure de macroéconomie. La formation débute fin août / début septembre. Le stage de fin d’études peut être commencé tôt s’il est effectué à temps partiel.

Environ 30 % des cours sont assurés par les enseignants permanents, 20 % par des enseignants externe et 50 % par des professionnels (Insee, OCDE, Banque de France, Mapp, Canal+, BPCE, Direction Générale du Trésor, Société Générale, COE-REXECODE, etc.).

Bloc d’harmonisation (100h, 4 ECTS)

  • Microéconomie
  • Macroéconomie
  • Mathématiques pour économistes
  • Séries temporelles
  • Econométrie
  • Introduction à SAS et R
  • Intégration au mastère et au projet associé

Cours obligatoires du premier semestre (105 ou 120h, 12 ou 14 ECTS)

  • Microeconometric Evaluation of Public Policies

Majeure « Entreprises et marchés »

  • Théorie des jeux
  • Marketing
  • Microéconomie 1 ; ou Theory of IO ; ou autre cours selon projet

Majeure « Macroéconomie »

  • Comptabilité nationale
  • Labor economics
  • Macroeconometrics
  • Séminaire de politique économique : conférences professionnelles

Options de spécialisation du premier semestre (24 à 85h, 4 à 12 ECTS à choisir parmi les cours suivants)

  • Big data et droit des données
  • Comptabilité Nationale
  • Econometrics of Competition
  • Economics & Corporate Law
  • Economie de la publicité et du commerce en ligne
  • Entrepreneuriat 1
  • Finances publiques (budget de l’état)
  • Gestion des coûts et mesure de la performance
  • Gestion des risques de l’énergie
  • Health Economics
  • Merger and Acquisition
  • Monetary Economics
  • Valuation of Startups

Cours obligatoires du second semestre (65h, 15 ou 17 ECTS)

  • Projet de statistiques appliquées

Majeure « Entreprises et marchés »

  • Competition policy in practice: cases
  • Seminar in quantitative marketing
  • Stratégie financière d’entreprise

Majeure « Macroéconomie »

  • Analyse conjoncturelle
  • Applied Macroeconometrics
  • Séminaire de politique économique : débats économiques

Options de spécialisation du second semestre (12 à 65h, 2 à 10 ECTS à choisir parmi les cours suivants)

  • Droit des banques et des marchés financiers
  • Economics of Energy Markets
  • Empirical banking : methods and applications
  • Entrepreneuriat 2
  • Microéconomie 2 : économie industrielle
  • New Technology and the Sharing Economy
  • Nouvelles normes comptables et réglementation financière
  • Seminar in quantitative marketing
  • Transport, Location Theory and Urban Economics
  • Stratégie financière d’entreprise

A qui s’adresse le MS MQDEF ?

Le recrutement standard correspond à des étudiants ou professionnels avec un Bac+5 (Master 2 ou équivalent) et venant acquérir un complément de formation leur permettant d’être compétitifs sur le marché de l’emploi. Il est conseillé d’avoir un niveau M1 ou M2 en mathématiques appliquées, statistiques, économie, économétrie, ou finance mathématique, ou diplôme d’ingénieur ou d’école de commerce avec contenu mathématique ou statistique conséquent. Un bloc d’harmonisation en début de cursus (fin août à début octobre) vise à transmettre un socle minimal de connaissances nécessaires au bon suivi des cours de troisième année. Ce programme pourra en outre accepter des étudiants sortant de formation initiale au niveau Bac+5, issus de filières de formation dans lesquels l’économie ne tient pas nécessairement une place centrale, et venant acquérir un complément de formation en économie leur permettant d’être compétitifs sur le marché de l’emploi.


Les frais de scolarité

Le coût de la formation est fixé :

  • à 14 000 € pour les professionnels, les entreprises ou les administrations ;
  • à 9 500 € pour les étudiants en continuation d’études ou les demandeurs d’emploi.